La baraque du cheval noir

(1 avis client)

16.00

Auteur: André Gardies vit dans le sud de la France. Il a publié de nombreux ouvrages consacrés au cinéma (Alain Robbe-Grillet, Le cinéma africain, Le récit filmique) et trois romans: Derrière les ponts aux éditions Climat, Les Années de cendres et Le monde de Juliette aux Éditions de Paris.

Catégorie : Étiquettes : , Product ID: 428

Description

Ce n’est pas par hasard que Jacques Torrant va séjourner au coeur du Massif Central dans une ferme isolée à la lisière d’une forêt. Ce lieu perdu, en déshérence depuis une décennie, loué épisodiquement par l’administration des Ponts et Chaussées à quelque estivant en mal de solitude, lui rappelle un être cher de son enfance, l’oncle Paul, disparu mystérieusement dans la dangereuse tourbière qui s’étend à proximité.
À propos de cette maison, appelée « La baraque du cheval noir » circulent quantité d’histoires, de rumeurs, d’intérêts dissimulés. Objet de l’attention sournoise des habitants des hameaux avoisinants, Jacques Torrant, venu là pour écrire et plus secrètement pour comprendre les causes de la mort de son oncle, va faire une rencontre surprenante.
Fantastique et sauvage, la nature de ce pays reculé déteint sur le caractère des habitants qu’André Gardies décrit en connaisseur.

1 avis pour La baraque du cheval noir

  1. Brigitte

    André Gardies tisse un roman captivant, touchant, avec trois fils : la description d’une petite communauté paysanne de Lozère, la superstition et le magique qui continuent à exister dans ces terres isolées, le tout sur fond de polar rural. Le climat devient vite irrespirable et les mystères s’accumulent. Il y a un univers d’André Gardies. À la fois un monde perdu et un monde étonnamment présent, ressenti également à la lecture de son livre « Le vieux Cévenol et l’enfant ».
    Ici, pas de fioritures, de détails superflus dans les descriptions. Une plume pleine de sensibilité qui nous livre juste ce qu’il faut de crédibilité et de vraisemblance pour se projeter dans ce lieu sauvage reculé, soumis aux forces de la nature, isolé par la neige où il est facile de se perdre dans le brouillard. Jacques Torrant qui loue pour l’hiver La baraque du cheval noir, une ancienne ferme, devra se confronter à l’hostilité de nombreux habitants pour les besoins de son enquête sur la disparition de son oncle Paul.
    La baraque du cheval noir est une maison qui existe vraiment, célèbre, parce que Léo Ferré y a habité. J’ai adoré !

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *